BUSSHO KABIRA (Sutra des repas)

Bûsshô Kabira Jôdô Makada

Sêppô Harana Nyûmetsu Kushira

Nyorâi o ryôki Gakôn toku futên

Gângu îssâi shu Tô sânrîn kû ja ku
Ouvrir les bols
Shîn jîn pashîn Birûshâ nô fû

Ên môn hôshîn Rushâ nô fû

Sên pai kashîn Shikyâ mû ni fû

Tô râi asân Mirû son bû

Jî hô sân shî ishî shî fû

Dâi jîn Myô harîn gâkîn

Dâi shin bun jusu rî bû sâ

Dâi jin Fuên bûsâ

Dâi hi kân shi în bû sâ

Shî sôn bû sâ mô kô sâ

Mô kô hô ja hô rô mî

Mains en Gassho Shashu- Zazen   servir

Hitotsu ni wa kô no tashô o haka

  kano râisho o hakaru.

Futatsu ni wa onorega toku gyô no

            Zên kêtto wo hakâtte kuni ô zu.

Mitsu ni wa shîn o fusegi toga o hana ru ru ko to wa

Tôntô o shû to su.

Yotsu ni wa masa ni ryôyaku o koto to suru wa

gyôko o ryô zên ga tamenari.

Itsutsu ni wa jôdô no tame no yue ni

Ima kono jiki o uku.  jobun en continu

Le ino seul         ( Jitên kijînshu, Gokîn suji kyû )

à midi                  ( Suji hên jihô, Ishi ki jîn kyû )

              cuillères et baguettes lever bol de Bouddha  à hauteur des yeux   

Jôbûn sânbô, Chû bûn shi ôn

             Gekyû roku dô, Kâi dô kuyô (gassho)

             Îkkui dân îssâi a ku

        Ni kui shu îssâi zên

          Sân kui do sho shu jô

            Kâi gu jô butsu dô.  on mange

      Offrir l’eau      

Gashi sên pâssûi,

Nyo tên kânro mi

Se yo kijîn shû,

Shitsuryô toku bô u mân

Ôn makurasâi so wa ka

Ino seul             ( Shi shi kâi jiki kûn, Jirên ka fu ja shî )

                                    ( Shîn shîn jîn chô i hi, Ki shu rîn bu jô sôn )

Syllabes longues : (^) â ô û, în ên…, sêppô, nyorâi, dâi.

 

 

Traduction :

I           Bouddha est né à Kapila,

Il eut le satori à Makada,

Il enseigna à Harana,

Et entra dans le nirvana à Kuchira.

Maintenant ouvrons les bols du Tathagata.

Puissions nous ensemble, avec tous les êtres,

Atteindre le nirvana

Et nous libérer des trois souillures.

 

II          Vénération à la pureté illimitée du Bouddha Vairochana,

A la forme accomplie du Bouddha Vairochana,

A la forme manifestée du Bouddha Shakyamuni.

Au Bouddha futur, Maitreya,

A tous les Bouddha du passé, du présent et du futur dans les dix directions,

Au grand et parfait bodhisattva Samantabhadra.

Au bodhisattva de la grande compassion, Avalokitesvara.

Aux innombrables bodhisattvas

Et à tous les patriarches,

Au sutra de la grande sagesse qui va au-delà.

 

III         Premièrement, nous devons réfléchir à la manière dont cette nourriture nous est parvenue. Notre reconnaissance s’adresse à tout ce qui y a contribué.

Deuxièmement, en recevant ce don, nous devons vérifier si nos vertus et notre pratique le méritent.

Troisièmement, nous devons revenir à la condition normale de l’esprit et être libres de tous les attachements.

Quatrièmement, nous devons être de l’avidité et manger cette nourriture pour la santé de notre corps.

Cinquièmement, nous prenons cette nourriture pour nous perfectionner sur la Voie.

 

IV         Pour tous les esprits affamés,

J’offre maintenant cette nourriture.

Qu’elle pénètre l’univers tout entier.

J’espère la partager avec vous.

 

V          Pour les Trois Trésors : Bouddha, Dharma, Sangha.

Pour ceux qui nous ont aidés, nos parents, nos maîtres, l’humanité entière.

Pour tous les êtres qui souffrent, qui sont prisonniers des six mondes

et qui ne peuvent se libérer eux-mêmes.

Que cette nourriture puisse servir à toutes les existences de l’univers.

 

VI         En premier, nous mangeons pour couper tout le mal,

En deuxième, pour faire le bien,

Troisièmement, pour sauver tous les êtres sensibles

Et accomplir ensemble la Voie de Bouddha.

 

VII        Avec cette eau je lave le bol,

Elle a le goût du nectar céleste,

J’en fais offrande à tous les morts,

Qu’elle les désaltère comme la rosée du matin.

 

VIII       Dans ce monde vide et impermanent,

Puissions-nous exister dans l’eau boueuse avec la pureté de la fleur de lotus.

Rien ne dépasse l’esprit illimité.

Nous nous inclinons donc devant Bouddha.