La pratique du Zen

Le zen prend sa source dans l’expérience du Bouddha Shakyamuni qui il y a deux mille cinq cents ans, assis en posture de zazen réalisa l’éveil. Cette pratique contient l’essence de son enseignement qui a une portée universelle. La pratique du zen est celle de la posture de zazen : s’asseoir sur un coussin, jambes croisées, le dos bien droit, la respiration calme. L’esprit libéré de toute entrave est concentré sur l’expiration ainsi que sur tous les points de la posture. Abandonnant toute préoccupation, le pratiquant attentif à l’instant présent fait, à partir de sa propre expérience, l’apprentissage de la conscience la plus profonde.
Par-delà les bienfaits sur la santé, zazen permet d’accéder à une meilleure maîtrise de soi. Il apporte naturellement force, paix, liberté, et transforme notre relation avec le monde. Il est la source de l’épanouissement de l’être humain dans sa vocation la plus authentique. S’il est parfois considéré comme une religion ou une philosophie, le zen ne repose en fait sur aucune révélation, aucune croyance ou dogme, aucune idéologie. C’est une expérience vivante qui transforme notre relation avec tout l’univers. Tout au long de l’histoire le zen a enrichi les civilisations qu’il a traversées. Aujourd’hui grâce à la venue de Maître Taisen Deshimaru en occident, il est accessible à tous, au-delà des systèmes, des valeurs, des cultures propres à chaque nation. C’est l’apprentissage de la vraie liberté.

« Zazen n’est ni un raisonnement, ni une théorie, ni une idée. Ce n’est pas une connaissance à saisir par le cerveau, c’est uniquement une pratique qui est le véritable accès au bonheur, à la paix, à la liberté »

Maître Kodo Sawaki

 

«  Le vrai zen consiste à s’asseoir tranquillement dans la posture correcte. Zazen signifie mettre l’esprit en repos, concentrer l’esprit et le mental. Le zen n’est pas un état particulier, c’est l’état normal, silencieux, paisible, sans agitation. Dans zazen n’entre aucune intention, ni recherche d’efforts particuliers, ni imagination. Il suffit d’être sans hypocrisie, sans dogmatisme, sans arrogance, en embrassant les contraires. »

Maître Taisen Deshimaru