Il y a toujours de nombreuses questions au début. Il n’est pas question ici de répondre à toutes celles que vous pourriez vous poser. Pour cela, rien ne vaut la pratique et la rencontre avec nous. Dans cette section, cependant, vous trouverez des éléments pour mieux appréhender votre premier rendez-vous avec Zazen.

Commençons par vous mettre à l’aise. Peu importe si la première fois, ou même les fois suivantes, vous ne saluez pas au bon moment ou si vous oubliez de saluer. Ce n’est que de la forme. Personne n’y prêtera attention. Retenez seulement une chose, il y a des règles qui indiquent à quels moments saluer, comment se dé-placer dans le dojo, comment se comporter dans le dojo. Elles ont deux utilités :
– Faire en sorte que l’ensemble des pratiquants puissent vivre en harmonie dans le dojo.
– Ce sont de puissants outils de concentration : arriver dans le dojo et se concentrer sur les règles, c’est déjà commencer zazen. C’est être présent, là et maintenant.
Pour vous aider, voici quelques éléments concrets :

Deux mouvements à connaître :

Gassho : 

Le salut traditionnel, les mains jointes au niveau du visage, les bras horizontaux, on s’incline. Vous avez déjà du faire ce salut traditionnel si vous avez pratiqué certains arts martiaux. Le corps et l’esprit se rejoignent, soi et les autres.

Se déplacer dans le dojo : 

Dans le dojo, on se déplace, avec le poing gauche replié autour du pouce, posé au niveau de l’estomac, juste sous le diaphragme, et la main droite enveloppe fermement le poing gauche.

Les quatre règles de base :

L’arrivée au Dojo : Devant la porte on se déchausse. On pose ses chaussures, correctement rangée, devant la porte vitrée du dojo. On rentre ensuite dans le dojo, un pas et on fait Gassho. On se dirige ensuite tout droit, dans la pièce du fond, qui sert de vestiaire. On y dépose ses affaires et on se change, si cela est nécessaire.

L’entrée dans le dojo : Lorsque l’on a posé ses affaires et que l’on s’est changé, on peut rentrer dans le dojo. A la sortie de la pièce du fond, en baissant les yeux, vous apercevrez une planche de bois. Vous la trouverez dans tous les dojos zen du monde. C’est l’entrée du dojo. Vous l’enjambez avec le pied gauche, faites un pas supplémentaire, et vous faites gassho. Vous pouvez maintenant vous déplacer dans le dojo.

Contourner l’autel : Au milieu du dojo trône un autel dédié au Bouddha. Par tradition, on ne passe jamais devant l’autel pour rejoindre l’autre côté de la pièce, on le contourne. En effet, on imagine une ligne, entre le Bouddha et le Godo. Cette ligne symbolise la transmission de l’enseignement.

S’assoir en Zazen : Lorsque le gong ou la cloche résonne, et qu’il est temps de prendre la position, avant de s’assoir, il convient de faire gassho une fois en direction du mur et ensuite, une fois en di-rection du centre du dojo.

Un zazen à Six-fours se décompose en quatre grands moments 

Environ 25 minutes de Zazen

5 à 10 minutes de Kinhin

Environ 25 minutes de Zazen

10 minutes de cérémonies

Zazen, la posture

Si l’on n’y prend pas garde, on peut transformer la pratique de zazen en une pratique purement corporelle, purement sportive ou, au contraire, en une pratique psychologique, où l’on étudie l’esprit, on étudie les formes de l’esprit, on analyse. Zazen n’est ni une pratique purement physique, ni une pratique purement spirituelle. Maître Dôgen dit : « Il s’agit d’unifier le corps et l’esprit. »

La posture vous sera expliquée en détail lors de votre première venue au dojo. Sachez qu’il existe plusieurs postures possibles, qui s’adaptent à toutes les morphologies et à toutes les contraintes physiques. Pour votre première fois, n’oublier pas d’arriver au moins 30 min en avance, pour que nous prenions le temps de vous expliquer la posture et de la tester avec vous. 

Kinhin, la méditation debout, la marche lente.

Kinhin, c’est le zen dans l’action. La marche lente rythmée par la profonde respiration de Zazen. Elle est effectuée entre deux moments de méditation assise. Littéralement cela signifie « marcher selon les œuvres/enseignements ». On peut le traduire aussi comme la « marche méditative » ou la « méditation marchée ». 

Kinhin a, entre autre, inspiré de grands chorégraphes comme Maurice Béjart ou encore Caroline Carlson. 

Comme pour Zazen, la technique de Kinhin vous sera expliquée en détail au dojo lors de votre première séance. 

Les cérémonies
Après Zazen, la cérémonie est dédiée aux bouddhas, aux patriarches et à toutes les existences. C’est ainsi que nous exprimons notre gratitude et que nous restituons à l’univers les mérites de notre pratique.
Au dojo, nous en pratiquons deux cérémonies de manière régulière, la cérémonie du matin et celle du soir. A l’occasion d’événements particuliers et exceptionnels nous pouvons pratiquer d’autres cérémonies plus importantes.
D’une manière très générale, les cérémonies dans le Zen sont des cérémonies de remerciement et de gratitude. Elles expriment notre gratitude envers cet enseignement et sont un rappel de notre engagement à suivre les préceptes de Bouddha.
Les cérémonies que nous pratiquons s’organisent toujours autour de la récitation de sutras, d’une ou plusieurs dédicaces et de l’offrande de l’encens.

Pour finir, quelques petits conseils pour vos premières cérémonies :

Ne vous inquiétez pas, nous serons toujours là pour vous guider et vous expliquer ce qui se passe ou va se passer.

La meilleure manière de faire est de rester concentré comme en zazen et de suivre simplement ce que font les autres.

N’essayez pas de chanter l’Hannya Shingyo la première fois, il faut l’avoir lu et entendu plusieurs fois avant de se lancer sans risquer la fausse note ou l’inversion de ligne (ça nous est arrivé à tous).

Lâchez prise, profitez de la cérémonie, imprégnez-vous de l’atmosphère, soyez simplement présent, ici et maintenant.

Fermer le menu